Le + de KitchenLife

Cuisinella_Kitchenlife - Le + de KitchenLife

En route pour le tour de France de la bonne bouffe !
Coup de cœur garanti pour cet Atlas de la France gourmande, signé Hervé Pinel (éd. Albin Michel), qui oublie les cartes classiques pour nous indiquer les sentiers les plus gourmands de l’Hexagone. Itinéraires (route du lait, route des eaux, route du sel, route du bœuf, route du fromage de chèvre…), descriptions du terroir et des productions, spécialités culinaires et secrets de fabrication. Au total, ce tour de France balaie 23 régions… Et donne très envie de partir à la découverte de cette France unique et si riche. 19 €, en librairie.

La cuisine des Antilles

Cuisinella_Kitchenlife - La cuisine des Antilles

Un petit goût de paradis.

Rien qu’en la préparant, on a déjà l’impression d’avoir pris un aller simple pour les lagons turquoise et le sable blanc. La cuisine des îles mêle les épices, les poissons et les crustacés. Un vrai festival de parfums ! Elle fait chanter les saveurs en mode sucré-salé : accras de morue, boudin noir, gratin de papaye, colombo, rougail. Épatez vos amis en les invitant à déguster l’un des grands classiques antillais : le poulet mariné au rhum… Il suffit de faire chauffer le rhum, de le faire flamber hors du feu, puis d’y laisser mariner le poulet cru coupé en morceaux au minimum 2 heures, avec deux cuillères à soupe de sauce de soja et le jus d’un citron. Avant d’enfourner le poulet, le poêler à feu vif. Servir avec du riz.

– L’objet culte : un pilon. Cet ustensile est le secret des sauces créoles réussies. Le récipient accueille les aromates et les épices, l’ail et les oignons que l’on écrase patiemment pour former une pâte. Préférez un pilon en bois ou en porcelaine plutôt qu’en pierre.

La cuisine bretonne

Cuisinella_Kitchenlife - La cuisine bretonne

Des recettes phares !

Vous n’êtes pas obligé de chausser votre coiffe de Bigoudène, mais à la rentrée, ne laissez pas la mer se retirer loin de votre assiette. Coquillages, crustacés et poissons sont parfaits pour faire le plein d’iode et d’oligo-éléments, des nutriments utiles pour garder la forme et combattre le stress. Ajoutez-y les algues alimentaires ! Car, la Bretagne est championne en la matière. L’une des idées reçues les plus répandues, c’est que ces légumes de la mer sont du genre triste en bouche. Faux ! De Guy Martin à Éric Fréchon en passant par Jean-François Piège, les plus grands chefs puisent l’inspiration dans ses parfums inédits. Bien préparée, l’algue agit comme un formidable exhausteur du goût des aliments qui l’accompagnent. Essayez la dulse fraîche, avec son petit goût de noisette, succulente en tartare, tout comme la laitue de mer. Onctueuses, les lames de kombu royal sont imparables en papillote autour d’une Saint-Jacques. Cuit à l’étuvée, le wakamé accompagne à merveille les poissons gras, comme le saumon ou le thon.

– L’objet-culte : la poêle spéciale crêpes. Si vous avez l’ambition de réussir de vraies galettes bretonnes, c’est tout simplement un accessoire indispensable. Il s’agit d’une poêle plate avec des rebords très peu hauts. Prenez-la en fonte, bien large. Il ne vous restera plus qu’à maitriser le lancé-retourné de crêpes !

La cuisine alsacienne

Cuisinella_Kitchenlife - La cuisine alsacienne

Un bon coup de fourchette !

Amateurs de plats aussi roboratifs que succulents ? Vous allez aimer cette cuisine de l’Est où l’on se fait un devoir de toujours régaler copieusement ses hôtes, et où la charcuterie et les volailles, mais aussi le foie gras, figurent en bonne place. Département d’origine de la marque Cuisinella, l’Alsace rime avec bonne et belle cuisine depuis des lustres. La preuve ? C’est l’un des coins de France où l’on trouve le plus grand nombre de tables étoilées ou référencées au Guide Michelin, avec en tête Marc Haeberlin, le chef mythique de l’Auberge de l’Ill, près de Colmar… Un établissement familiale plus que centenaire qui affiche trois étoiles au Michelin depuis 1967 ! A la table Alsacienne, il n’y a pas que la choucroute, même si du côté de Strasbourg, tout le monde connaît Krautergersheim, cette bourgade considérée comme la capitale mondiale de la choucroute, en raison de son importante production de chou. Ici, on se régale aussi de Flammekueche, une « tarte flambée » à la pâte délicieusement fine, recouverte de crème, d’oignons, de lardons. Le genre de délice tout simple que vous pouvez servir à l’apéritif, arrosé d’un bon riesling. Autre incontournable : le munster. Ce fromage au lait cru et à croûte lavée – d’où sa jolie couleur orangée- donnera de la personnalité à votre plateau de fromage, mais il s’accommode aussi magnifiquement en cuisine, dans des omelettes, des tourtes, des quiches…

– L’objet culte : Le moule à kouglof. Avec sa forme ronde, ses cannelures et ses tailles différentes, ce moule en terre émaillée ou en cuivre constitue un superbe objet déco à collectionner et à afficher dans sa cuisine. Mais cet accessoire sert avant tout à préparer le célèbre gâteau brioché alsacien dont la légende prétend que son origine remonte aux Rois Mages. Succès garanti auprès des enfants !

La cuisine provençale

Cuisinella_Kitchenlife - La cuisine provençale

Le soleil dans votre assiette !

Envie de faire entrer le soleil de l’été dans votre cuisine ? Dégainez l’huile d’olive et tout ce que vous trouverez de coloré en faisant le marché : poivrons jaune, rouge ou vert, tomates bien mûres, aubergines, artichauts violets, courgettes rondes, élancées ou en fleur, mais aussi figues, pêches, raisin… Sans oublier l’ail, particulièrement vertueuse et véritable pilier de la cuisine méditerranéenne. Même Alain Ducasse, le chef le plus étoilé du monde, a fait de cette cuisine pourtant si simple et naturelle sa marque de fabrique. Le bon menu équilibré qui vous fera entendre les cigales dans votre assiette ? L’aïoli provençal : des légumes vapeur (chou-fleur, fenouil, carotte, etc.) servis avec du poisson blanc (cabillaud), quelques bulots et moules, le tout escorté d’un aïoli, une mayonnaise montée à l’huile d’olive et à l’ail. Un délice !

– L’objet culte : la râpe à ail. Dans le Sud, on aime en mettre partout. Mais pour délivrer toutes ses saveurs, l’ail a besoin d’être bien écrasée. Ressemblant à une petite assiette, la râpe est généralement en faïence et aux couleurs du soleil. Idéale pour préparer le pistou. On peut aussi opter pour le presse-ail.