Envie d'ailleurs / Les meilleurs accessoires du monde

Avec les couteaux japonais, y a plus de sushi !

Cuisinella_Kitchenlife - votre cuisine au vert Tous les pros vous le diront : pas de bonne cuisine sans bons couteaux. Si chaque fois qu’il faut découper un poulet rôti ou un poisson cru votre festin se transforme en remake de Massacre à la tronçonneuse, il est temps de renouveler votre artillerie en dégainant les plus fines lames ! En la matière, les maîtres absolus du hara-kiri culinaire sont les Japonais. Logique, cela fait des siècles qu’ils débitent à la pelle le thon, la daurade et le saumon. Dans la cuisine japonaise, découper sert avant tout à sélectionner les meilleurs morceaux et à faire ressortir leurs saveurs. Du coup, leurs couteaux sont des instruments de haute précision qui se vendent aujourd’hui dans le monde entier. Surtout, ils sont si beaux que chez Cuisinella, on adore les exposer comme des œuvres d’art, grâce à des crédences aimantées. Le secret pour bien choisir ? Une lame élancée et un manche suffisamment lourd pour avoir une bonne prise en main. Côté matériau, la nouvelle vague, c’est la lame en céramique. Mais les puristes préfèrent celles en acier. Sur un fruit, un rôti de bœuf, un maquereau (ou un exemplaire de l’Encyclopédie Universalis…), ces couteaux sont invincibles.
- L’alternative made in France : l’Opinel. Exposé au Victoria & Albert Museum de Londres parmi les cent plus beaux objets du monde, le couteau de poche savoyard, avec son beau manche en bois, est encore fabriqué à Chambéry. La marque des montagnards, créée en 1890, décline désormais toute une palette de couteaux de cuisine ultrachics et colorés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *