Histoire culinaire / Comment la cuisine médiévale a influencé notre gastronomie moderne.

La cuisine médiévale est à l'origine d’un grand nombre de nos habitudes alimentaires.
Elle est la mère de notre cuisine actuelle, et continue de nous inspirer aujourd’hui !
Focus sur 3 types de préparations culinaires dont vous ne soupçonnez peut-être pas l’origine moyenâgeuse ;)

Lumière sur… Le sucré-salé !

 shutterstock_237479170 Source image : http://www.shutterstock.com/fr/pic-237479170/ 


Vous pensiez avoir découvert le sucré-salé lors de votre dernier voyage, et qu’il ne faisait pas partie de la culture culinaire française ? Que nenni !
A l’époque médiévale, le choix des viandes de volailles était plutôt varié : poulet, cygne, héron, cigogne, grue, pigeon…
Et pour cuisiner ces viandes, l’emploi du sucre ou du miel était très répandu. La saveur aigre-doux était en effet très appréciée.
Cette saveur sucré-salé est le résultat du mélange de tous les types d’aliments dans l’assiette de chacun des invités lors d’un banquet.
Par ailleurs, à cette époque, il était coutume de commencer le repas par du vin doux et des biscuits.
Cette douceur en bouche était ainsi conservée jusqu’à la fin du repas.
On peut retrouver cet accord sucré-salé à travers la recette du poulet basquaise, ou celle du pigeon au miel.
Le pigeon était en effet particulièrement apprécié au Moyen-Âge de par sa finesse en bouche, et son apparence élégante dans l’assiette.


Focus sur… L’équilibre des saveurs !

 shutterstock_172569800 Source image : http://www.shutterstock.com/fr/pic-172569800/ 

Au Moyen-Âge une découverte vient révolutionner la gastronomie : il n’existe pas d’aliment parfaitement équilibré dans la nature.
C’est à partir de ce constat que l’on a commencé à varier les modes de cuisson et les accords.
Et notamment en fonction de la nature humide ou sèche des aliments.
Ainsi, pour la cuisson de la viande, lorsqu’elle était plutôt sèche, il fallait la faire bouillir.
Et dans le cas inverse, si elle était humide, il était préférable de la faire rôtir ;)
Autre exemple : c’est ainsi que tout naturellement le melon et le jambon se sont associés :)
Le melon jugé extrêmement humide et dangereusement froid devait être “équilibré” par du jambon sec et “réchauffé” par un vin fort et doux à la fois… Le porto par exemple !
Vous qui vous demandiez lors de votre dernier apéro quel génie avait bien pu penser à ce savoureux accord... ce sera l’occasion de briller en société à l’avenir ;)


Lumière sur… La conservation des mets !

 shutterstock_144123064  Source image : http://www.shutterstock.com/fr/pic-144123064/ 

Nul besoin de vous préciser qu’à l’époque médiévale, les congélateurs étaient inexistants ;)
Il fallait donc trouver une manière naturelle de conserver les aliments, et notamment ceux “à risques”, tels que la viande et le poisson.
Ainsi au Moyen-Âge, viande et poisson étaient conservés par le sel dans des jarres.
Le sel agissait comme un bouclier et protégeait alors ces aliments des bactéries sans l’altérer.
Vous voyez où nous voulons en venir ? :)
Qu’il y a-il de meilleur qu’un saumon ou un magret de canard cuit en croûte de sel ?
Le mode de conservation de nos ancêtres a laissé son empreinte dans la cuisson de ces aliments.
Elle est aujourd’hui très prisée et en outre très simple à réaliser !


Vous pensiez avoir une alimentation dans l’air du temps ? ;)
Nous avons su vous démontrer le contraire :) La cuisine médiévale se retrouve par bien des aspects dans notre cuisine moderne !
N’hésitez pas à nous partager à votre tour les plats auxquels vous attribuez finalement une origine médiévale :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *